Pintura de uma paisagem

Le moi de l’historien

Sabina Loriga

Resumo


Depuis longtemps la question de la subjectivité du chercheur hante les historiens. Quelle est la juste distance vis-à-vis du passé? Est-il possible de se détacher du présent pour saisir le passé, dans son altérité, ou bien on est toujours en train de projeter sur le passé nos propres fantasmes, intérêts, préjugés? Est-il possible de sortir de l’alternative entre objectivisme pur et subjectivisme radical? Après une reconstruction de ces questions, dans mon propos j’explore les possibilités de sortir de l’alternative entre objectivisme pur et subjectivisme radical.


Palavras-chave


Historiador; Campo historiográfico; Escrita da História

Texto completo:

260-272


DOI: https://doi.org/10.15848/hh.v0i10.504

Desenvolvido por:

Logomarca da Lepidus Tecnologia